ECORESO Autonomie

Le projet d’Ecoreso Autonomie consiste à mettre en place et à coordonner une filière de réemploi pour les aides techniques à l’autonomie sur la Normandie et plus largement sur l’ensemble du territoire national.

Informations principales
Porteur principal ECORESO Autonomie
Type d’initiative Démarche individuelle
Lancé le 01 septembre 2017
11 rue de Tessy 50750 Gourfaleur
Couverture géographique La Manche, le Calvados et la Seine Maritime.
Avancement En cours

L'initiative

Description de l'initiative

Description

ECORESO Autonomie se développe à partir de l'articulation de trois concepts économiques clés:

  • l'économie solidaire par le statut juridique de la SCIC avec ses principes de redistribution au bénéfice des usagers et de gouvernance partagée avec l'ensemble des acteurs partie prenantes,
  • l'économie de la fonctionnalité privilégiant la vente d'un usage des aides techniques à l'autonomie accompagné par une équipe d'ergothérapeutes pour l'évolution des besoins des personnes et par une équipe technique pour la maintenance, le réemploi et la réparation du matériel.
  • L'économie circulaire par la mise en place d'écosystème locaux de réemploi et de réparabilité du matériel avec les acteurs du réemploi en place sur chaque territoire d'intervention.

Chaque SCIC départementale propose:

  • une unité de collecte et de valorisation par le réemploi des Aides Techniques;
  • un réseau d'ergothérapeutes proposant des visites à domicile pour aider les familles et les institutions à choisir le matériel adapté; • un réseau de distribution de proximité
  • un réseau de partenaires formateurs à l'usage des matériels.

Bénéfices Quantitatifs

  • Limiter la quantité de déchets relative à ce type de matériel et son enfouissement;
  • Développer l'équipement des personnes; Développer l'emploi sur les territoires d'intervention;
  • Développer les relations interinstitutionnelles pour un "mieux vieillir" et une meilleure autonomie pour toute personne à mobilité réduite...

Bénéfices Qualitatifs

  • Développement de synergies entre acteurs du réemploi;
  • Développer de meilleurs préconisations d'aides techniques pour les usagers, leurs familles et les institutions;
  • Trouver des solutions pour améliorer les prise en charges des aides techniques; Préparer la filière à l'économie de la fonctionnalité en développant la réparabilité du matériel et donc le réemploi;
  • Développer une filière de formation en lien avec les spécificités techniques et juridique de l'activité. Evolutions législatives en cours avec la loi économie circulaire et la loi de financement de la sécurité sociale (remboursement fauteuil roulant en réemploi).

ETAPES DE L’INITIATIVE

  • 2017-2019: Emergence, expérimentation, développement et structuration des écosystèmes territoriaux associant les acteurs médico-sociaux, les acteurs du réemploi et à termes, les acteurs de la fabrication numérique ;
  • 2019-2021: Travail d'analyse des impacts sociaux du projet; Consolidation des projets en cours; Développement dans plusieurs autres territoires. Levée de fonds

CONDITIONS DE RÉUSSITE ET OBSTACLES À SURMONTER (CONSEILS POUR UN ESSAIMAGE)

  • Maitrise dans l'analyse des jeux d'acteurs pour la construction des écosystèmes territoriaux;
  • Maitrise de la lenteur institutionnelle d'une levée de fond et de ses conséquences ;
  • Conditions de remboursement du réemploi par la sécurité sociale;
  • Evolution de la production vers un indice de réparabilité élevé garantissant une durée d'usage des matériels permettant un haut niveau de réemploi.
Mise en oeuvre

Partenaires

  • Partenaires institutionnels et financiers pour le démarrage: La conférence des financeurs, le Conseil Départemental, l'ADEME, la Région et différents partenariat bancaires;
  • Partenariats opérationnels : la CPAM, le Conseil Départemental, la MDPH, les institutions médicosociales, les associations d'accompagnement, les CCAS, les acteurs du réemploi (ressourceries, recycleries, associations caritatives, déchèteries...).

Moyens techniques

Une plate-forme départementale d'économie circulaire des aides techniques à l'autonomie suppose une surface de 800 m² au minimum comprenant un espace atelier, un espace de test et d'essais, un showroom, un accueil et des bureaux.

L'atelier suppose des investissements en matériel de lavage, d'higiénisation, de réparation et de pesée ainsi que des racks de stockage et chariot élévateur. Il faut ajouter 4 véhicules utilitaires assurant les parties collecte et livraison ainsi que les déplacements des ergothérapeutes pour leurs évaluations et leurs démarches. Il faut bien évidemment ajouter à cela tout le matériel de bureau, le matériel informatique et toutes les fonctions logiciel avec des engagements importants quant à la protection des données sensibles.

Dispositifs, outils ou méthodologie

  • des outils de gestion des dons;
  • des outils de gestion de flux, de stock et de traçabilité des aides technique et des pièces détachées;
  • des outils de gestion tels qu'un ERP et un CRM; - des outils d'animation, de coordination et d'analyse de jeux d'acteur permettant de faire vivre plusieurs réseaux d'acteurs intégrés dans l'écosystème ECORESO Autonomie
  • des outils d'enquête et d'analyse de données pour les évaluations des impacts sociaux du projet.

Moyens humains

Sur un territoire départemental à configuration majoritairement rurale, il faut au bout de deux années d'activité 3 ergothérapeutes, 1 responsable d'atelier, 1 réparateur, 1 chauffeur livreur, une secrétaire accueil, 1 commercial / administrateur des ventes et 1 directeur.

Perspectives

  • - Emergence et Structuration d'une dizaine de nouvelles SCIC sur le territoire national
  • Poursuite du travail d'analyse d'impacts
  • Structuration d'un programme d'innovation et de recherche en lien avec les impacts sociaux sociotechniques, économiques et environnementaux.
Financement

Principaux financeurs

ADEME, DIRRECT, Région, Conférences des financeurs, Conseils Départementaux, Fondations, Crédit Coopératif, La Nef.

Coûts de l’initiative (€)

Financement